Millepertuis

Le millepertuis passait autrefois pour prémunir des maladies et des mauvaises influences. On le préconisait pour soigner les blessures et « l’abattement de toute sorte ». Abandonné au 19ème siècle, le millepertuis a été récemment réhabilité grâce à des recherches qui ont démontré son efficacité dans le traitement de la fatigue nerveuse, de la dépression et des troubles nerveux cycliques.

Usages traditionnels et effets médicinaux :

  • Des études cliniques menées depuis 1970 montrent que le millepertuis est un antidépresseur efficace. Selon une étude autrichienne récente, 67 % de patients souffrant d’une dépression nerveuse modérée ont vu leur état s’améliorer après avoir absorbé un extrait de millepertuis.
  • Des études de 1998 montrent que l’hyperforine (un des principaux constituants) joue un rôle clé dans l’action antidépressive de la plante.
  • Un autre des principaux constituants, l’hypéricine a une action antivirale prononcée. Elle (et la plante à un degré moindre) semble agir contre les virus à coque, comme ceux de l’herpès, du VIH et des hépatites B et C.
  • Le millepertuis est un remède médicinal très sûr. Dans 15 essais cliniques, les patients à qui on avait donné des placebos souffraient plus d’effets secondaires que ceux qui avaient reçu des extraits de la plante. On s’interroge sur l’éventuelle interaction de la plante avec d’autres remèdes médicaux.
  • Cette plante est un excellent remède en cas de troubles nerveux. On l’emploie depuis longtemps en raison de ses effets toniques sur les états anxieux qui provoquent tensions, insomnies et dépressions.
  • Le millepertuis traite les affections liées aux modifications hormonales, comme la fatigue.
  • Cette plante est un tonique hépatique et biliaire efficace.
  • L’huile rouge est un excellent antiseptique. Par voie externe, elle cicatrise plaies et brûlures, et soulage maux de dents, crampes et névralgies. Par voie interne, elle calme inflammations de l’estomac et ulcères gastriques.

 

Préparation et usage :

* Les pétales portent des petites poches contenant de l’hypéricine.

* L’huile, laisser macérer la plante pendant 6 semaines dans de l’huile. Appliquer sur les plaies bénignes et sur les brûlures.

* En crème, en cas de névralgies ou de crampes, masser doucement la zone sensible.

* En teinture, en cas de dépression, prendre une demi-cuillère à café avec de l’eau 3 fois par jour.

* Une infusion, pour stimuler la digestion, en boire 100 ml par jour.

!! Risque de photosensibilisation. A cause d’éventuelles interactions, suivre l’avis du médecin si l’on prend des médicaments. Usage réglementé dans certains pays. !!

Découvrez toutes les plantes utilisées en phytothérapie

Laisser un commentaire

*

captcha *