Maïs

Base de l’alimentation en Amérique centrale et méridionale depuis 4 000 ans, le maïs a aussi de très nombreuses applications médicinales. Chez les Aztèques, la décoction de grains de maïs soignait la dysenterie et stimulait la montée de lait chez les femmes allaitantes. Les «barbes» (cheveux du mais enroulés autour de l’épi) sont la partie la plus utilisée par les phytothérapeutes, surtout pour les maladies de l’appareil urinaire.

Céréale cultivée dans le monde entier, le mais est originaire des Andes et, plus probablement, du Pérou.

Usages traditionnels et recherches en cours :

• Le mais stimulerait la production de bile et faciliterait son écoulement dans les canaux biliaires.

• Sur les troubles circulatoires, en Chine, des tests ont indiqué que le mais pourrait contribuer à abaisser la tension artérielle et à réduire le temps de coagulation.

• Les Indiens d’Amérique soignaient toute une série de maux avec des grains de maïs. Les Mayas et les Incas appliquaient un cataplasme de mais sur les ecchymoses, les bosses et les brûlures Selon Vogel, «les Indiens Chickasaws soignaient les prunts (plaies dues à des démangeaisons) en plaçant la zone affectée au-dessus de la fumée dégagée par le brûlage de vieux épis» (la Médecine des Indiens d’Amérique, 1970).

• Le mais est un diurétique efficace dans la plupart des affections urinaires, grâce notamment à sa forte teneur en potassium. II augmente remarquablement le volume des urines, soulage les inflammations de la vessie. En outre, il réduit le nombre de mictions (action d’uriner) et le résidu post-mictionnel, responsable de la sensation de ne pas avoir vidé complètement sa vessie.

• Le mais empêcherait la formation des calculs rénaux et soulagerait les douleurs causées par les calculs déjà formés.

• Le mais soulage les cystites chroniques et complète efficacement le traitement des cystites aiguës.

• C’est un remède chinois, où le mais soigne la jaunisse et la rétention d’eau.

Préparations et usages :

* L’infusion de «barbes» est calmante, en boire 500 ml par jour en cas de cystite.

* Les décoctions de grains, à appliquer sous forme de cataplasme sur les plaies et les pustules.

* Les gélules d’extrait sec, en cas d’oedème, en prendre 2 g chaque jour.

Découvrez toutes les plantes utilisées en phytothérapie

Découvrez tous les fruits et les légumes utilisés en phytothérapie

Laisser un commentaire

*

captcha *