Lin

Le lin est cultivé au Moyen-Orient depuis plus de 7000 ans. Ses graines et sa fibre servent à d’innombrables usages médicinaux et industriels. Récemment, on a découvert que le lin possède des doses très élevées d’acides gras essentiels, faisant de la plante un remède inestimable pour maintenir le bon fonctionnement du système cardiovasculaire et pour prévenir les syndromes d’immunodépression chroniques.

Originaire des régions tempérées d’Europe et d’Asie, le lin est cultivé par semis dans de nombreuses parties du monde dont la France, le Canada et les Etats-Unis. On le récolte quand ses graines sont mûres, à la fin de l’été ou au début de l’automne.

Usages traditionnels et recherches en cours :

• Le lin se caractérise par ses doses élevées en acide gras essentiel oméga-3, un acide polyinsaturé similaire à ceux que l’on trouve habituellement dans les huiles de poisson. Des études récentes indiquent que les huiles oméga-3 ont une action anticancéreuse Elles protègent en outre le coeur et régularisent les battements cardiaques.

• Comme anticancéreux, le lin s’avère particulièrement bénéfique contre les cancers de l’endomètre et du sein. Le lin est également riche en lignanes, propices à la régénération des oestrogènes et capables de réduire les effets de l’oestradiol (un type d’oestrogènes potentiellement nocif). Les mucilages et les fibres qu’il contient empêchent la réabsorption des oestrogènes indésirables par les intestins.

• Le lin est traditionnellement employé comme laxatif, notamment en cas de constipation chronique. Ses graines absorbent les liquides intestinaux et contribuent à ramollir les selles et à faciliter leur évacuation. Grâce à leur richesse en mucilage, elles prodiguent un effet calmant et anti-inflammatoire, réduisant l’irritation du côlon dans des affections comme la colite, l’inflammation intestinale et les hémorroïdes.

• Contre les troubles respiratoires et urinaires, les graines, qu’il est nécessaire d’ouvrir avant de les avaler, calment les douleurs pulmonaires et, à un moindre degré, l’irritation de l’appareil urinaire. Elles s’avèrent efficaces contre la toux chronique ou aiguë, la bronchite, l’emphysème et les troubles urinaires comme la cystite chronique.

• En usage externe, un cataplasme de graines concassées ou de farine de lin appliqué sur les furoncles et les anthrax calme les ulcérations et draine le pus. Une recette portugaise recommande d’associer l’huile de lin au vin rouge comme remède pour soigner les blessures.

• Sur le plan nutritif, les graines concassées servent de complément alimentaire naturel fournissant des huiles oméga-3 et des minéraux.

• L’huile et la fibre de lin ont servi à d’innombrables usages industriels et médicinaux comme la fabrication de peintures, de papier, de cordes, de harnais de parachutes, de moquette et de bandages.

Préparations et usages :

* L’huile extraite de la graine convient parfaitement, mais se rancit vite. Prendre 1 ou 2 c à c par jour comme complément alimentaire.

* Avec les graines concassées, prendre 1 ou 2 cuillères à soupe par jour avec beaucoup d’eau pour traiter la constipation.

* La farine se mélange dans de l’eau et s’utilise comme cataplasme. On peut en mettre dans la cuisson des aliments comme supplément phyto-oestrogénique, à l’âge de la ménopause.

!! Ne pas utiliser les graines miniatures, qui peuvent être toxiques. !!

Découvrez toutes les plantes utilisées en phytothérapie

Laisser un commentaire

*

captcha *