Le Tai-chi-chuan

Le tai-chi-chuan ou tai chi est un art martial chinois, dit « interne » d’inspiration taoïste. Souvent réduit en Occident à une sorte de gymnastique, il est apprécié pour son effet bénéfique sur le corps et la santé, notamment par les personnes s’intéressant aux arts martiaux.

  • les mouvements ont à la fois une application martiale (esquives, parades, frappes, saisies…) et énergétique
  • ils auraient été créés et développés par des moines médecins ou guerriers taoïstes
  • le tai-chi-chuan se pratique à mains nues mais est associé à des arts utilisant des armes (éventail, épée, bâton…).

En dehors de l’apprentissage des mouvements, postures et respirations, la pratique du tai-chi-chuan se déroule en plusieurs phases. La séance débute par des exercices d’assouplissement et de relâchement des muscles et des articulations. Suivent des exercices qui consistent en des mouvements visant à développer la sensation de coordination entre les jambes, le bassin, la colonne vertébrale et les bras qui donnent au tai-chi-chuan son efficacité martiale. C’est à cet instant qu’on apprend à engendrer une force explosive à partir du bassin, une relation entre l’enracinement des pieds et le mouvement des bras, une force propulsive par l’ondulation du dos, etc…

Vient ensuite une petite séance de qigong statique, avant de commencer l’enchaînement, le perfectionnement du style. Cet enchaînement se pratique à trois reprises ; une fois à vitesse normale pour corriger les mouvements, une seconde fois un peu plus rapidement pour habituer le corps à l’unité dynamique du début à la fin, et une troisième fois lentement, comme une phase méditative. Selon les écoles et le niveau, l’enchaînement comprend entre 24 et 108 mouvements.

Le tai-chi-chuan a été testé et s’avère efficace sur les symptômes de plusieurs maladies, même si un effet placebo ne peut être exclu du fait de l’absence de comparaison en aveugle. Il est également associé à la longévité. Le pratiquant nommé Lu Zijian a vécu jusqu’à 118 ans et a pratiqué jusqu’à l’âge de 116 ans. D’autres pratiquants de cet art sont très âgés, parfois centenaires.

Cette pratique, relativement complexe si l’on veut la pratiquer correctement avec les mouvements originaux, nécessite un professeur, un instructeur, l’inscription à des cours est donc requise. Cependant, après l’apprentissage des mouvements, vous pouvez facilement vous entraînez seul dans votre jardin, votre salon, partout où vous le souhaitez !

Laisser un commentaire

*

captcha *