Gaspillage

Plus d’un milliard de tonnes de nourriture, soit un tiers de la production mondiale, est gaspillé chaque année, pour un coût d’environ 750 milliards de dollars $ (soit environ 550 milliard d’euros) et avec un impact très négatif sur l’environnement, a déploré au début septembre 2013 la FAO. «Le gaspillage massif de nourriture a une grande importance sur la sécurité alimentaire et la sécurité en général», a déclaré José Graziano da Silva, directeur général de l’organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en présentant un rapport à ce sujet. «Nous ne pouvons tout simplement pas permettre qu’un tiers de toute la nourriture que nous produisons soit gaspillé ou perdu à cause de pratiques inadéquates tandis que 870 millions d’êtres humains sont affamés chaque jour», s’est-il indigné.

Impact environnemental

Ce gaspillage «effarant» porte aussi «un grave préjudice à l’environnement», note la FAO. À titre d’exemple, «chaque année, la nourriture produite sans être consommée engloutit un volume d’eau équivalant au débit annuel de la Volga en Russie et est responsable du rejet dans l’atmosphère de 3,3 milliards de tonnes de gaz à effet de serre». Dans la seule «Asie industrialisée», région qui comprend la Chine, le Japon et la Corée du Sud, près de 200 kg de légumes et céréales par habitant sont gaspillés chaque année en moyenne et la perte de produits alimentaires se produit tout au long de la chaîne. À l’échelle mondiale, 54% du gaspillage alimentaire se situe «en amont», c’est-à-dire pendant les phases de production, de manutention et de stockage, et 46% «en aval», lors de la transformation, la distribution et la consommation. «Les pays en développement sont plus touchés par les pertes alimentaires durant la production agricole ; en revanche, les régions à revenus moyens et élevés connaissent davantage de gaspillage au niveau de la vente au détail et des consommateurs», relève la FAO.

« Phénomène stupéfiant »

Achim Steiner, directeur du Programme de l’ONU pour l’environnement (PNUE), a qualifié de «phénomène stupéfiant » le gaspillage de nourriture dont les coûts sur l’environnement seront à payer «par nos enfants et petits-enfants». Selon le rapport, les coûts économiques directs du gaspillage de produits agricoles, en excluant les poissons et les fruits de mer, représentent environ 750 milliards $ chaque année dans le monde (en se basant sur les prix à la production), soit le PIB annuel de la Suisse.

Source AFP.

Laisser un commentaire

*

captcha *