Chèvrefeuille

Le chèvrefeuille est originaire de l’Europe méridionale et du Caucase. Le jin yin hua, de Chine et du Japon. Tous deux poussent sur les murs, les arbres et dans les haies. On récolte les fleurs et les feuilles en été, juste avant l’éclosion.

En Europe, on prescrit le chèvrefeuille contre l’asthme et d’autres affections pulmonaires. Il figure dans le Manuel des plantes médicinales de Bach, selon lequel il combattrait les états dépressifs. En Chine, le jin yin hua sert depuis longtemps à «éliminer la chaleur et traiter la toxicité».

Effets et usages médicinaux :

  • En Occident, on utilise rarement le chèvrefeuille.
  • Diurétique, l’écorce traite la goutte, les calculs rénaux et les troubles hépatiques.
  • Sous forme de gargarisme ou de bain de bouche, les feuilles, grâce à leurs vertus astringentes, sont un excellent remède contre les maux de gorge et les aphtes.
  • Antitussives et antispasmodiques, les fleurs sont recommandées dans le traitement de l’asthme.
  • En Chine, le jin yin hua sert essentiellement à soigner les infections «chaudes» : abcès, écorchures, inflammations des seins et dysenterie. Il est également prescrit pour faire baisser la fièvre.
  • Les recherches menées en Chine semblent indiquer que le jin yin hua inhibe le bacille de la tuberculose et recèle des propriétés anti-infectieuses. Associé au chrysanthème, il réduit la tension artérielle.
  • Compte tenu de ses ressemblances avec le jin yin hua, le chèvrefeuille pourrait également se révéler un remède anti-infectieux efficace.

!! Toxiques, les baies sont à éviter impérativement. !!

Découvrez toutes les plantes utilisées en phytothérapie

Laisser un commentaire

*

captcha *